Montreal, QC: Counter-information action in solidarity with the G20 prisoners

we receive and publish:

Two banners were hung in Montréal in solidarity with the G20 prisoners. Solidarity with the G20 prisoners / Tear Down the Prison Walls was hung from a building on St. Catherine street downtown.  Solidarité avec les Incarcéré(e)s du G20 / Propageons la Révolte (Solidarity with the G20 Prisoners / Spread Revolt) was hung in the St. Henri neighborhood. Flyers were scattered at both sites, and further distributed in the metro system and on the street in the following days. We hope this counter-information action brings a smile to our locked up comrades.

Text from the flyer (followed by french):

Solidarity and Complicity with the G20 Prisoners!

It has now been almost a year and a half since the mobilization against the G20 in Toronto that witnessed the largest mass arrest in Canadian history. A $1 billion security operation caged over 1100 people over the course of a weekend in order to defend a meeting of the bureaucrats from the richest capitalist economies. A group of individuals, many using the black bloc tactic (wearing masks and black clothing), nonetheless broke this militarized social peace; a peace that exists to keep us obedient and passive so that capital can flow smoothly. The large breakaway demonstration attacked corporate property and the police, liberating space from the control of authority and targeting places of capital for destruction. What more human response could there be to a financial district—an urban space devoid of life, deprived of affordable rents, scoured of autonomous livelihoods, subordinated to the needs of traffic and commerce, held under the eye of surveillance cameras, occupied by police, and plagued with corporate outlets and banks—than to destroy it?

The day before the demonstration, twenty organizers were rounded up and charged with criminal conspiracy for planning the disruption of the summit. This vague charge is increasingly being used against anarchists and is essentially used for ‘thought crime’. After over a year of non-association conditions, pre-trial detention, house arrest, and a publication ban, six people took a plea deal to lesser charges in which the rest of their co-accused charges were dropped in November 2011. Mandy Hiscocks, Alex Hundert and Leah Henderson are expecting sentences between 10 and 16 months. Peter Hopperton, Erik Lankin, and Adam Lewis are currently serving jail sentences of 3-5.5 months. Others face prison time for alleged participation in the riot.

Innocence and guilt mean nothing to those who understand law as a structure that does not keep us safe, but that keeps us in line. In the words of the conspiracy defendants, “There is no victory in the courts…The legal system exists to protect Canada’s colonial and capitalist social structure.” To consider questions of guilt or innocence is to indulge in all the hypocrisy of a judge, a prosecutor, or a cop. It doesn’t matter that most of these people were already arrested when the property destruction occurred, and it doesn’t matter that they didn’t lead any conspiracies because anarchists don’t have leaders. What matters is that when all those workers died, when all those people were evicted, when all that money was taken from us by the banks, when all those bombs fell, when all that air and water were poisoned, it didn’t matter whether rules were broken or followed. To speak of rules and laws is to perpetuate one of the greatest lies of our society.

Repression is the inevitable consequence of living under capital and the State, whether in a democracy or dictatorship, because few are fully blind to the domination around them and many are willing to fight back against it. To combat this social unrest, the State responds with repression. Many systems of oppression target various identities daily for being a potential enemy to the social order; whether colonized, genderqueer, or not white, to name a few. Imprisonment is structured to perfect control over anybody who’s locked up, and manifests itself outside its walls as a threat towards those whose privileges don’t fool them into identifying with power. Repression tries to prevent us from making the all-too-sensible decision to revolt against the systems that destroy our lives and future.

The new omnibus ‘tough on crime’ bill is an intensification of social control, as is the federal prison expansion that will see expansions at 36 federal prisons between now and 2014, along with provincial prison expansions in every province. Correctional Services Canada will be the largest building contractor by 2012. The Montreal police even have a new ‘anti-gang’ police squad, GAMMA, dedicated to the surveillance and repression of anarchists and other ‘marginal movements’.

Prison is the concrete intensification of the alienation, isolation, and exploitation that surrounds us in our daily lives. With a desire for freedom comes the simple realization that prisons, and the world that needs them, must be attacked with revolutionary intentions. The urgency for rebellion makes itself even clearer when the State is tightening its grip on our throats in times of austerity.

As anarchists, we understand solidarity as lying in action. When we act we expand our own freedom as well. When the State takes anarchists and other rebels captive in its cages of democracy, revolutionary solidarity involves continuing the struggle that they are imprisoned for. Solidarity with prisoners in struggle should not be due to debt or sacrifice, but because our own liberation is intrinsically tied with their liberation and the destruction of prison. By actively pushing their struggles forward outside the prison walls, our solidarity ensures that the State’s attempts to intimidate and control us are only met with escalated resistance. Our struggles against the State and capital must grow into a force that their cages cannot contain.

Let’s lose our fear, and spread rebellion against authority.

Prisoners to the streets!

For more info:
conspiretoresist.wordpress.com
sabotagemedia.anarkhia.org
guelphprisonersolidarity.wordpress.com

* * *

En Solidarité et en Complicité avec les Prisonnières et Prisonniers du G20!

Il y a déjà maintenant plus d’un an et demi depuis la mobilisation contre le G20 à Toronto qui a été la scène de la plus grande arrestation de masse dans l’histoire du Canada. Une opération sécuritaire de plus de 1 milliards de dollars a encagée plus de 1100 personnes lors de cette fin de semaine pour défendre la réunion de bureaucrates provenant des économies capitalistes les plus riches du monde. Un groupe d’individus, plusieurs d’entre elles et eux utilisant la tactique du « black bloc » (porter des masques et des habits noirs), a quand même réussi à briser cette paix sociale militaire; une paix qui existe pour nous garder obéissant(e)s et passif(ve)s pour que le capital puisse circuler avec aise. La grande manifestation dissidente attaqua des propriétés corporatives et la police, libérant des lieux du contrôle des autorités en plus de cibler et de détruire des espaces capitalistes. Peut-il y avoir une réponse plus humaine contre un district financier – un lieu urbain dénué de vie, dépourvu de loyer abordable, érodé de toutes vies autonomes, subordonné aux besoins du trafic et du commerce, sous le regard des caméras de surveillance, occupé par la police, et infesté par des points de ventes corporatifs et des banques – autre que sa destruction?

Le jour avant la manifestation, vingt personnes ayant aidé à l’organiser furent raflé(e)s et accusé(e)s de complot criminel pour avoir supposément planifié la perturbation du sommet. Cette accusation floue est utilisée de plus en plus souvent contre les anarchistes et est essentiellement utilisé en tant que « pensée criminelle ». Après plus d’un an avec des condition de non-association, des détentions provisoires, des détentions à domicile, et l’ordonnance de non-publication, six personnes acceptèrent un entente où leurs accusations furent réduites et où les accusations de leurs coaccusé(e)s furent retirées en novembre 2011. Mandy Hiscocks, Alex Hundert et Leah Henderson s’attendent à recevoir des peines de 10 à 16 mois. Peter Hopperton, Erik Lankin et Adam Lewis sont emprisonnés en ce moment avec des peines de 3 à 5,5 mois. D’autres font face à du temps en prison pour leur prétendu participation dans l’émeute.

L’innocence et la culpabilité ne veulent rien dire pour celles et ceux qui comprennent la loi en tant qu’une structure en place non pour notre sécurité mais pour notre répression. Dans les mots de l’un(e) des défendant(e)s du complot, « Au tribunal, aucune victoire n’est vraiment possible … Le système judiciaire existe pour protéger la structure sociale coloniale et capitaliste du Canada. » Prendre en considération des questions d’innocence et de culpabilité c’est céder à l’hypocrisie des juges, des procureur(e)s ou des flics. Ce n’est pas important que la majorité de ces personnes étaient déjà en état d’arrestation lorsque la destruction de biens se produisit, et ce n’est pas important qu’elles et ils n’étaient pas à la tête d’un complot parce que les anarchistes n’ont pas de dirigeant(e)s. Ce qui est important est que lorsque tous ces travailleurs et toutes ces travailleuses furent tué(e)s, lorsque toutes ces personnes furent expulsé(e)s, lorsque les banques volèrent notre argent, lorsque toutes ces bombes tombèrent, lorsque l’air et l’eau furent empoisonnés, il n’était pas important de savoir si des règlements furent brisés ou respectés. Parler de règlements et de lois est la continuation d’un des plus grand mensonge de notre société.

La répression est la conséquence inévitable de vivre sous la domination du capital et de l’État, que ce soit dans une démocratie ou dictature, parce que peu de personnes ne sont pas conscient(e) de la domination autour d’elles et que plusieurs sont prêtes à combattre. Pour combattre les agitations sociales, l’État répond avec la répression. Plusieurs systèmes d’oppression ciblent tous les jours diverses identités perçues en tant qu’ennemie potentielle de l’ordre social; personnes colonisées, personnes altergenres, ou personnes non-blanches, pour n’en nommer que quelques-unes. L’emprisonnement est une structure perfectionnant le contrôle de n’importe qui se retrouvant sous verrou, et elle se manifeste à l’extérieur des ses murs en tant qu’une menace envers celles et ceux qui ne se font pas tromper par leurs privilèges et qui décident de ne pas s’aligner avec les pouvoirs dominants. La répression tente de nous empêcher de prendre la décision sensée de se révolter contre les systèmes qui détruisent nos vies et nos futurs.

Le nouveau projet de loi de répression plus sévère de la criminalité est une intensification du contrôle sociale, tout comme la construction et l’agrandissement de prisons fédérales qui verra des projets dans 36 prisons fédérales d’ici à 2014 en plus des projets d’agrandissement et de construction de prisons provinciales dans chaque province. Service correctionnel Canada sera le plus grand entrepreneur de bâtiment en 2012. La police de Montréal a même une nouvelle escouade « anti-gang », GAMMA, dédiée à la surveillance et à répression des anarchistes et autre « groupes marginaux ».

La prison est l’intensification concrète de l’aliénation, de l’isolement et de l’exploitation qui nous entoure tous les jours. Un désir de liberté est attaché à la réalisation simple que les prisons et le monde qui en a besoin doivent être attaqués avec des intentions révolutionnaires. Le besoin urgent d’une révolte devient encore plus flagrant lorsque l’État resserre sa prise sur nos gorges dans des temps d’austérité.

En tant qu’anarchistes, nous comprenons que la solidarité réside dans l’action. Lorsque nous agissons nous élargissons aussi notre liberté. Lorsque l’État tient captives et captifs des anarchistes et autres rebel(le)s dans sa cage démocratique, la solidarité révolutionnaire implique une continuation de la lutte pour laquelle ils et elles sont emprisonné(e)s. Agir en solidarité avec les prisonnier(ère)s en lutte ne devraient pas être à cause d’une dette ou d’un sacrifice, mais plutôt puisque notre libération est lié à leur libération et à la destruction des prisons. En continuant de faire avancer leurs luttes à l’extérieur des murs des prisons, notre solidarité assure que les tentatives de l’État de nous intimider et de nous contrôler résulte en une intensification de la résistance. Nos luttes contre l’État et le capital doivent devenir une force que leurs cages ne peuvent contenir.

N’ayons plus peur, et multiplions les rébellions contre les autorités.

Prisonnières et prisonniers dans la rue!

Pour plus d’information :
conspiretoresist.wordpress.com
sabotagemedia.anarkhia.org
guelphprisonersolidarity.wordpress.com
This entry was posted in Actions and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <pre lang="" line="" escaped="" highlight="">